Nous rejoindre

Devenir membre
»

Nous soutenir

Faire un don
»

Nous écrire

Contact
»

Isabelle Chevalley de retour de Tchernobyl, ses constats

Chers Membres, Chers Sympathisants

Notre conseillère nationale Isabelle Chevalley est rentrée de Tchernobyl où elle a pu constater, trente ans après la catastrophe, les conséquences dévastatrices d’un accident nucléaire.
Ses conclusions sont claires: «Il ne faut jamais oublier ce qui s’est passé à Tchernobyl et faire tout ce qui est en notre pouvoir pour que cela ne se reproduise jamais, nulle part».


A 30 ans de distance, la catastrophe nucléaire de Tchernobyl continue de coûter des sommes colossales à la communauté internationale. Le nouveau sarcophage qui va être installé en 2017 sur le premier qui menace de s’effondrer aura englouti plus de 2 milliards. La Suisse y a contribué pour plus de 16 millions: un soutien de la communauté internationale est indispensable, dans la mesure où l’Ukraine n’a pas les capacités financières d’entreprendre les mesures de sécurité indispensables pour éviter que la situation se dégrade. La radioactivité ignorant les frontières, la Suisse seraitaussi directement impactée, avec des conséquences bien plus onéreuses.

Par ailleurs, les séquelles des radiations sur l’environnement et la santé humaine continuent de se manifester, y compris sur les enfants nés après l’accident, dont beaucoup consomment de la nourriture contaminée par le césium radioactif.

«Il est choquant de constater que lorsque l’on circule en véhicule à proximité du réacteur endommagé de Tchernobyl, les compteurs de radioactivité s’affolent encore, 30 ans après la catastrophe», témoigne Isabelle Chevalley.

Une zone d’exclusion de 30 km a été instaurée autour du lieu de l’accident. Seules les personnes liées à l’activité sur le site de Tchernobyl sont autorisées à y séjourner.

Est-il possible d’imaginer une telle zone d’exclusion dans un aussi petit pays que la Suisse? (voir l'illustration en bas de l'article).

Les conclusions sont claires: personne ne peut ignorer les conséquences d’une catastrophe nucléaire et ses énormes couts. Le risque est totalement disproportionné.

Afin de ne jamais connaitre une telle catastrophe en Suisse, les vert’libéraux demandent le retrait d’autorisation de fonctionner pour les réacteurs I et II de la centrale atomique de Beznau.

Nous ne devons pas remettre en fonction le réacteur de Beznau I et il faut arrêter rapidement le réacteur II.

Zone de 30km autours de Beznau

 

Liens pour plus d'information

Episodes YouTube de la visite en Ukraine Communiqué de presse